Apprentis d'Auteuil

Etablissements Jean-Marie Vianney

22 Avenue Hector Berlioz, 38260 La Côte-Saint-André

Jeunes et adultes rendent hommage à Arnaud Beltrame

IMG_20180326_091913_resized_20180326_094453569 (Small)Ce week-end a été endeuillé par une nouvelle attaque terroriste. Et comme à chaque fois qu’un évènement touche notre pays et tente de briser ce que nous avons de plus fragile mais aussi de plus fort: la fraternité, l’égalité et la liberté, nous prenons un temps de rassemblement pour redire à ceux qui veulent nous diviser qu’ils n’y arriveront pas. La violence, la haine, l’intolérance que des fanatiques veulent nous imposer au nom d’une religion, les Français ne l’accepteront jamais. Des hommes et des femmes, tout au long de notre histoire l’ont combattu et pour certain jusqu’au sacrifice de leur vie. Les jeunes et les salariés de l’établissement se sont réunis en présence de M Gullon maire de la Cote St André pour rendre hommage aux victimes du terrorisme.

Vendredi 23 mars, quatre personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées dans trois attaques survenues à Trèbes et Carcassonne dans l’Aude.

Appelés sur les lieux, les gendarmes interviennent alors que le terroriste retient des personnes en otage. Un lieutenant-colonel du groupement de gendarmerie de l’Aude, Arnaud Beltrame, 45ans, « au péril de sa vie a fait le choix de prendre la place des otages retenus à l’intérieur du supermarché ». A l’intérieur, le terroriste tire  » à plusieurs reprises sur le colonel qu’il blesse très grièvement ». L’assaut du GIGN est donné et l’homme est neutralisé. Dans la nuit de vendredi à samedi, le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame,45ans, décédait des suites de ses blessures.

Lors de cette attaque, Arnaud Beltrame gendarme de profession a eu un comportement héroïque. Et c’est ce comportement que ce matin je vous invite à méditer.

Il a risqué sa vie pour en sauver une autre. Le geste du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, qui s’est volontairement substitué à un otage dans le Super U de Trèbes et a été grièvement blessé- avant de succomber à ses blessures- en rappelle un autre, tout aussi héroïque.

Comment, en effet, ne pas tourner le regard vers saint Maximilien Kolbe: pour sauver un père de famille, ce franciscain polonais a librement consenti à une fin tragique dans le bunker de la faim d’Auschwitz.

Le 31 juillet 1941, vers quinze heures, des sirènes hurlent à la mort dans le camp de concentration. Un homme s’est évadé. Dix innocents sont condamnés. Une terreur silencieuse s’abat sur les rangs. Soudain, l’un des malheureux éclate en sanglots: « Ma femme!…Mes enfants!… »La détresse de ce prisonnier choisi pour être exécuté en représailles se brise face au fanatisme des SS. Mais elle est entendue par Le père Kolbe qui sort de sa ligne. Remonte vers la file de tête. S’arrête devant le kapo ahuri.« Herr Kommandant, je désire vous soumettre une requête », commence-t-il, le béret à la main. « -Que veux-tu?- Je voudrais mourir à la place de ce prisonnier », répond t-il en désignant le père de famille secoué de larmes. Le tortionnaire recule d’un pas, se tait, puis aboie: »- Qui es-tu? – Un prêtre catholique. » Après quelques secondes d’un silence funèbre, la réponse claque comme un fouet: « Requête accordée! » D’un coup de pied, le prisonnier est renvoyé dans les rangs des détenus. Il est incapable de comprendre ce qui vient de se passer et qui le dépasse infiniment: lui, le condamné,il allait vivre, parcequ’un homme venait de livrer sa vie pour lui. Les prisonniers ayant reçu l’ordre de se disperser, le rescapé ne peut que remercier son sauveur avec les yeux. Et de ces yeux sidérés, suivre le petit troupeau des condamnés conduit vers le block11, vers ces souterrains où ils seront exécutés.

De même que le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame dans le supermarché de Trèbes s’est sacrifié pour une personne innocente, ce prisonnier le père Kolbe ne le connaissait pas. De ce Dieu en qui tous nous sommes frères :  » Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis » a dit le Christ de sa Passion.

Intelligent, sportif, volubile et entraînant, Passionné par la gendarmerie, Arnaud Beltrame nourrit depuis toujours une passion pour la France, sa grandeur, son histoire, ses racines chrétiennes qu’il a redécouvertes avec sa conversion. En se livrant à la place d’otages, il est probablement animé avec passion de son héroïsme d’officier, car pour lui, être gendarme voulait dire protéger. Mais il sait le risque inouï qu’il prend. Arnaud Beltrame  » a offert sa vie à celle d’une femme », qui avait été prise en otage par l’assaillant.

Lévêque de Carcassonne a conclu son homélie dimanche en soulignant qu’« une vie donnée ne peut pas être perdue.Elle nous appelle à croire en la vie qui est plus forte que la mort (…) La fraternité en sera le signe »

Je souhaite profiter de ce moment particulier pour redire au nom des jeunes et des professionnels d’Apprentis d’Auteuil tout notre reconnaissance et remerciement pour l’engagement, le dévouement et la tolérance des hommes et femmes de la Gendarmerie nationale et tout particulièrement de la Cote ST André et de Beaurepaire. Merci

La cérémonie a continué avec une minute de silence, puis des jeunes et des personnels ont déposé des bougies et des fleurs aux pieds des photos des victimes. La Marseillaise a clôt la cérémonie.

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire - tous les commentaires sont sujets à modérations.